Depuis quelques années maintenant, les sites sont remplis de plug-ins douteux et de pubs mensongèresqui se font de plus en plus nombreux. Pour augmenter le nombre de visiteurs de leurs pages web, nombreuses sont les personnes qui utilisent des faux boutons de téléchargement.

Les arnaqueurs sur le web : dans la tire mire de Google

Aujourd’hui, cette tendance est surtout vu comme un arnaque quien fatigue plus d’un et Google en fait partie. Compte tenu de cela, le plus élogieux des moteurs de recherche décide de traquer ces arnaqueurs qui, non seulement trichent sur internet, mais qui en même temps découragent le téléchargement des vraies applications sur la grande toile. Selon la firme de MountainView, les boutons « play » et « téléchargement » sont les plus concernés par les problèmes, même si parfois d’autres formes de boutons sont aussi utilisées pour réussir l’arnaque. Ainsi donc, dorénavant, l’objectif de Google reste simple, à savoir mettre fin aux milliers de faussespublicités qui rendent impropre la grande toile. Par la même occasion, ce géant de la communication se mobilise déjà pour trouver des solutions radicales pour limiter, voire même pour stopper l’activité des sites qui servent d’hébergeurs à ces pubs mensongères. En sus, pour Google, le plus important est de rendre leurs crédibilités aux boutons « play », « télécharger » et «installer ».

Les solutions à la façon de Google

A ce jour, afin de remédier à ces problèmes, Google propose donc aux internautes un système appelé SafeBrowsing. Avec ce dernier, ceux qui viennent sur la grande toile peuvent jouir d’une navigation dont la sécurité est sans faille. Mieux encore, Google a mis aussi en place une sorte de signal qui permettra aux internautes de savoir sur le coup si la page web qu’ils sont sur le point de visiter propose des publicités mensongères ou non.

À propos de l'auteur

Romain

Diplomé en CyberSécurité et désormais expert en sécurité informatique au profit de grands cabinets de conseil, j'interviens auprès de grands comptes pour les aider à mieux protéger leur infrastructure, ainsi que des structures plus petites pour des problématiques de protection.